DOCUMENT TEXT REPORT

          Document:         anti-gouvernement
            Created:           2003-08-20 - 12:14:28
            Modified:          2007-05-03 - 20:15:30

            Document Text:           
1: §1 2006
2: §2 Montréal
3: §3 4 août 2006
4:
5: L'explosion qui a détruit la voiture du porte-parole québécois de l'industrie canadienne du pétrole a été revendiquée par le même groupe qui avait posé une bombe sous un pylône d'Hydro-Québec en décembre 2004.
6:
7: Le groupe baptisé Initiative de résistance internationaliste (IRI) dit avoir posé un engin explosif " en réponse aux innombrables exactions perpétrées par les pétrolières voraces que sont Esso, Shell et Petro-Canada et tous leurs mercenaires qui se chargent de nous tenir à leur merci ".
8:
9: Dans la nuit de jeudi à vendredi, la voiture de Carol Montreuil, vice-président de l'Institut canadien des produits pétroliers, a explosé et pris feu devant sa maison de la banlieue nord de Montréal. D'abord considéré comme accidentel, l'incident a pris une tout autre tournure après qu'un courriel de l'IRI eut été envoyé à plusieurs salles de rédaction dans le monde, dont la BBC et Al-Jazira.
10:
11: La police prend l'affaire très au sérieux. Hier, la Sûreté du Québec a confirmé que la police locale avait fait appel à ses techniciens en explosifs et que son service de lutte contre le terrorisme avait pris l'enquête en charge. L'enquête de la SQ ouverte lors du premier geste revendiqué par l'Initiative de résistance internationaliste n'est toujours pas terminée, a fait savoir Jason Gauthier, porte-parole du corps policier.
12:
13: À l'époque, en décembre 2004, l'IRI avait profité de la visite au Canada du président américain Georges W. Bush pour faire son première apparition publique. Une bombe avait endommagé un pylône à Coaticook, en Estrie, près de la frontière américaine. Il s'agissait de la ligne de transport Radisson-Nicolet-Des Cantons, qui sert à alimenter en électricité la Nouvelle-Angleterre et notamment la ville de Boston.
14:
15: " Par cette opération, nous affichons concrètement notre refus d'être les témoins passifs du saccage et du pillage des ressources au profit de l'empire états-unien ", affirmait le communiqué transmis par le groupe quelques jours après l'événement.
16:
17: Cette fois, l'IRI a revendiqué l'explosion de la voiture de M. Montreuil tard le lendemain soir. Le groupe vise ce qu'il appelle " l'oligarchie pétrolière ".
18:
19: " Nous refusons qu'on nous réduise à être de dociles consommateur-trice-s qu'on vole impunément, ou encore de pacifiques contribuables finançant une armée impérialiste ", peut-on lire dans le texte que l'organisation a intitulé " Communiqué 2 ".
20:
21: " Dans leur soif d'accroître leurs profits astronomiques, les pétrolières (intégrées) et leurs agents manoeuvrent sans aucune contrainte et avec la bénédiction des États assujettis, dénonce-t-il. La poussée des prix de l'essence, qu'on subit par l'augmentation des prix de l'ensemble des denrées de base, fait de nous des proies de leurs machinations dont nous ne sommes pourtant pas dupes. "
22:
23: Source : La presse, 8 août 2006, La Presse Affaire p. 2.
24:
25: (Journal de Montréal) Vincent Larouche
26: Le Journal de Montréal
27:  
28: «Quand un enfant voit le véhicule de son père exploser à 3 h du matin, c'est sûr que ça laisse des traces. Nous sommes nerveux», a confié hier Carol Montreuil, ce porte-parole de l'industrie pétrolière visé par un attentat le 3 août dernier.
29:
30: Le vice-président de l'Institut canadien des produits pétroliers réagissait pour la première fois à l'annonce de la Sûreté du Québec, qui a confirmé la semaine dernière que l'explosion de sa voiture, devant son domicile de Lorraine, était bien le résultat d'un acte criminel.
31:
32: Dans un communiqué, un groupe qui se fait appeler «Initiative de résistance internationaliste» (IRI) avait revendiqué l'attentat. Les policiers de la SQ avaient d'ailleurs perquisitionné au Journal afin de récupérer le courriel du groupe, qui aurait aussi posé une bombe sous un pylône d'Hydro-Québec à Coaticook, en 2004.
33:
34:
35: §4 2004
36: §5 Québec
37: §6 07 décembre 2004
38:
39: Le Ministre de la Sécurité publique du Québec, Jacques Chagnon, soutient finalement que la pylône a été saboté à l'explosif. Toutefois, les analyses n'ont pas encore été complétées, mais il base son affirmation sur les faits qui lui ont été rapportés. M. Chagnon terminait à New York une visite de trois jours où il participait à une série de rencontres sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.
40:
41: Le Ministre à dû rassurer les Américains puisque cette ligne électrique relie la Baie James à Boston. Le courant électrique n'a jamais été interrompu.
42:
43: Quant au Ministre des Ressources naturelles, Sam Hamad, il a précisé que " La sécurité autour des lignes a été renforcée. Hydro-Québec a pris des mesures sécuritaires. "
44:
45: La SQ s'est montrée plus prudente, un porte-parole affirmant que " Tout tend vers des explosifs, mais on n'a pas encore les résultats de l'analyse des substances saisies " La SQ est encore à valider le communiqué de l'IRI envoyé par courriel à une trentaine de médias à travers le monde.
46:
47: Hydro-Québec s'est contentée de dire à La Tribune que " Nos inspections sont régulières. "
48:
49: Sous le couvert de l'anonymat, plusieurs personnes du milieu altermondialiste québécois ont nié avoir entendu parler de quelqu'un ayant le projet de commettre une telle action. Ils n'avaient pas davantage entendu parler du groupe IRI auparavant. On parle ici de personnes appartement à la Convergence des luttes anticapitalistes, du Centre des médias alternatifs et du milieu militant de l'Estrie.
50:
51: Source : La Presse, 07-12-2004 : A13
52:
53:
54: Extrait du communiqué : " Nous refusons de laisser aux opposants états-uniens tout le poids qu'implique la lutte contre l'état policier "
55:
56: Source : http://www.navigationplus.com/histoire/21ieme/2004-12.php
57:      (voir au 05 décembre...)
58:
59:
60: La lettre fait référence aux peuples irakien, palestinien et colombien, ainsi qu'aux paysans boliviens, comme des exemples de ceux qui luttent contre l'impérialisme américain.
61:
62: Le groupe dit s'opposer à la vente d'électricité aux États-Unis, soulignant les hausses successives des comptes d'électricité, le saccage des ressources naturelles et la pollution atmosphérique.
63:
64: Source : http://lcn.canoe.com/infos/regional/archives/2004/12/20041205-144255.html
65:
66:
67: C'est un chasseur qui a d'abord découvert le pylône endommagé.
68:
69: Michel Juneau-Katsuya, agent à la retraite du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), affirme que cet incident déterminera dans quelle mesure le Canada est capable de réagir à ce type de menace. " Les Américains vont suivre ça avec attention, avec une attention qui n'est pas voulue, a-t-il dit. Ils vont nous observer. Nous avons été
70: catégorisés par des éléments de l'extrême-droite, là-bas, et peu importe ce qui arrivera ils sont prêts à nous accuser de laxisme. "
71:
72: Source : http://www.ainfos.ca/fr/ainfos04944.html
73:
74:
75: Il est difficile de dire à quel moment l'attentat a eu lieu, le chasseur ayant rapporté la situation le 30 novembre 2004. Rappelons que le Président Georges W. Bush était en visite au Canada le 30 novembre 2004 et le 01 décembre 2004.
76:
77: http://www.ottawa.indymedia.org/en/2004/12/349.shtml
78:
79:
80: Autres liens : http://www.ainfos.ca/fr/ainfos04940.html
81: http://radio-canada.ca/nouvelles/index/nouvelles/200412/05/011-sabotage-pylone-hydro.shtml
82: http://www.ctv.ca/servlet/articlenews/story/ctvnews/1102370147386_11/?hub=topstories
83:
84:
85:
86: §7 Coaticook
87: §8 06 décembre 2004
88:
89: Un pylône d'Hydro-Québec aurait été saboté près de Coaticook, en Estrie (à quelques pas de la frontière américaine), vraisemblablement à l'aide d'explosifs. Le pylône a été déplacé et endommagé (il est sorti de son socle), mais l'électricité n'aurait pas été interrompue. Il s'agit d'une ligne reliant la Baie James à Boston.
90:
91: L'attentat est revendiqué par l'Initiative de Résistance Internationaliste (IRI), un groupe jusqu'ici inconnu. Ce groupe a envoyé un courriel à partir d'une adresse " Yahoo! " à une trentaine de médias, incluant le New York Times et Al-Jazira. Quant aux salles de rédaction de La Presse, du Journal de Montréal et de la station de radio CKAC, elles ont été perquisitionnées par cinq policiers du Service de lutte contre le terrorisme de la Sûreté du Québec afin de retracer l'origine du courriel revendicateur. Une ordonnance de non-publication empêche de révéler les détails du mandat de perquisition.
92:
93: Extraits du communiqué : " Cette action de sabotage, que les autorités démocratiques ont caché à la population lors du passage du dictateur en chef (Georges W. Bush, qui était en visite au Canada la semaine dernière), est notre réponse face à l'aisance avec laquelle l'État se moque de l'opposition populaire ".
94:
95: " Par cette opération, nous affichons concrètement notre refus d'être les témoins passifs du saccage et du pillage des ressources au profit de l'empire états-uniens. Nous agissons contre notre exploitation grossière par Hydro-Québec au bénéfice des entreprises privées, qui profitent de chacune des opportunités que lui procure l'impérialisme. "
96:
97: À la demande d'Hydro-Québec, des agents de la Sûreté du Québec, accompagnés de techniciens en explosifs, ont procédé à l'inspection du pylône en question. Les autorités oscillent entre le véritable sabotage ou le simple canular pour qualifier la situation, en attendant le résultat des analyses.
98:
99: Le directeur de l'information de La Presse, Éric Trottier, a déploré que les corps policiers utilisent de plus en plus les perquisitions dans les salles de rédaction pour faire avancer leurs enquêtes. " La police a investi trois salles de rédaction en une soirée. Vont-ils venir mettre leur nez dans nos boîtes de courriel chaque fois que nous allons en recevoir un douteux? Je trouve ça très dangereux, car à la longue, les médias vont finir par perdre la confiance du public. Nous ne le répéterons jamais assez : les journalistes n'ont pas à faire le travail de la police à la place de la police. "
100:
101: Le vice-président des Affaires juridiques de La Presse, Me Philippe-Denis Richard, s'est assuré que le mandat de perquisition de la SQ était valable. " Nous n'avions malheureusement pas le choix, a-t-il dit. Chaque fois que la police se sert de renseignements obtenus par les médias pour mener une de leurs enquêtes, elle s'attaque au fondement même de la démocratie. "
102:
103: Source : La Presse, 06-12-2004 : A1 et A6
104:
105:
106: Dans son dernier envoi, l'IRI fait allusion à la hausse des prix de l'essence et déplore que la population soit réduite à de «dociles consommateurs qu'on vole impunément». Il évoque aussi la situation au Nigeria, en Bolivie et dans le Grand Nord canadien, où les intérêts des pétrolières se heurtent à des revendications locales.
107:
108: Sécurité renforcée
109:
110: «Je pense qu'il est important de dénoncer des gens qui utilisent la terreur de cette façon, a affirmé Carol Montreuil, visiblement ébranlé, lors d'un entretien avec le Journal. Mais je compte continuer mon travail. Mes 25 années d'expérience dans l'industrie pétrolière peuvent encore apporter beaucoup au débat.»
111:
112:
113: Il ajoute que la sécurité a été renforcée dans son entourage et qu'une «très grosse équipe» d'enquêteurs de la SQ, y compris des policiers du groupe antiterrorisme, poursuivent leur enquête.
114:
115:
116:
117: §9 1989
118: §10 Calgary
119: §11 16 septembre 1989
120:
121: A bomb warning was telephoned to a downtown hotel shortly before Federal Finance Minister Michael Wilson was to speak at a luncheon at the hotel.  The building was searched and non bomb was found.
122:
123: Exclu de Kellett et al : hoax
124:
125: WFP 17 sep 89, 5
126:
127:
128: §12 1987
129: §13 Vancouver
130: §14 1er octobre 1987
131:
132: Solicitor General James Kelleher told a conference of police chiefs that there had been “early warning of a number of potential threats against participants (in the October 1987 Vancouver meeting of Commonwealth heads of government).  These threats were nullified by the implementation of effective protective procedures. Police are now investigating three separate terrorist criminal conspiracies”.
133:
134: Exclu de Kellett et al : non-activated conspiracies
135:
136: VS 26 oct 87, A2; Hamizrachi, 1989: 255
137:
138:
139: §15 1986
140: §16 St-John’s (T-N)
141: §17 janvier a mars 1986
142:
143: A St-John’s man was convicted in the fall of 1988 of making death threats against Premier Brian Peckford in telephone calls to police.
144:
145: At the time, Newfoundland was facing a violent civil service strike.
146:
147: The man was given a suspended sentence, but was sentenced to 60 days in jail on related charges, including making harassing telephone calls to the RCMP.
148:
149: The threats were labour-related.
150:
151: Exclu de Kellett et al : non-political motivation
152:
153: WFP 21 sep 88, 16; OC 22 nov 88, A16
154:
155:
156: §18 1985
157: §19 Muskoka (ON)
158: §20 1er février 1985
159:
160: A bomb threat against Ontario premier-designate Frank Miller was telephoned to an Orilla radio station and a Bracebridge newspaper during a tour by Miller after he had won the leadership of the provincial Progressive Conservative Party.  He was in Gravenhurst at the time.
161:
162: Exclu de Kellett et al : hoax
163:
164: Ross; GM 2 feb 85, 1
165:
166:
167: §21 1983
168: §22 Victoria
169: §23 21 octobre 1983
170:
171: A bomb threat forced the evacuation of the BC Legislature.  A search failed to locate a bomb and the session resumed sitting about 20 minutes later
172:
173: Exclu de Kellett et al : hoax, insufficient information; perpetrator and motive unclear
174:
175: MG 22 oct 83, A7
176:
177:
178: §24 Ottawa
179: §25 22 juillet 1983
180:
181: While registered as a researcher at the Public Archives, a 24-year old Toronto man poured red ink on a original copy of the 1982 Constitution Act, in protest against the government’s approval of United States cruise missile testing in Canada one week earlier.
182:
183: Exclu de Kellett et al : low-level violenve, protest vandalism
184:
185: GM 23 jul 83, 1
186:
187:
188:
189: §26 1982
190: §27 Thunder Bay
191: §28 7 août 1982
192:
193: 3 sticks of dynamite, adressed to Prime Minister Trudeau, were found by postal workers.
194: One was found in a mail box while the others turned up in a sorting station.  Police said that the dynamite was not accompanied by caps or fuses and so was in no danger of exploding.
195:
196: Exclu de Kellett et al : threats, no means to activation
197:
198: MG 9 aug 82, A5; Ross
199:
200:
201: §29 1981
202: §30 Ottawa
203: §31 6 novembre 1981
204:
205: A man was arrested after police received a tip-off. He was carrying bomb components, and was planning to detonate them in the House of Commons to express his anger at the Prime Minister and to save the country  (the Constitution debate was underway).
206:
207: He had earlier reconnoitered the House and returned to Toronto to assemble the bomb.  He was subsequently ordered to be held indefinitely in a psychiatric institution.
208:
209: Exclu de Kellett et al : non-activated conspiracy, perpetrator mentally disturbed
210:
211: OC 7 nov 81,1
212:
213:
214:
215: §32 Vancouver
216: §33 20 octobre 1981
217:
218: A senior fire department official linked an arson attack on a welfare administration office to protest over government welfare cutbacks. Police did not rule out the possibility of the fire being a diversion to cover up a robbery.
219:
220: Exclu de Kellett et al : insufficient information, motivation unclear
221:
222: NDN 22 oct 81, 7
223:
224: note:  cas douteux.
225:
226:
227:
228: §34 1980
229: §35 Saskatoon
230: §36 11 février 1980
231:
232: More than 200 people were forced to evacuate an auditorium after a bomb warning was received, the second such threat during Clark election campaign.
233:
234: Remarques: hoax
235:
236: Ross; NYT 13 feb 80, A2
237:
238:
239: §37 Charlottetown
240: §38 5 février 1980
241:
242: Prime Minister Joe Clark’s plane was forced to return to Charlottetown when Air Canada officials received a threat that a bomb was hidden on the plane.  No bomb was found.
243:
244: Clark was campaigning for re-election at the time.
245:
246: Exclu de Mickolus : hoax
247:
248: Ross; NYT 13 feb 80, A2; Bergeron
249:
250:
251: §39 1979
252: §40 Vancouver
253: §41 15 mars 1979
254:
255: A man threw a brick, followed by a Molotov cocktail, through the window of a Canada Manpower office.
256: The bomber walked away, but was stopped and handed over to the local police by a local citizen who was patrolling the premises.  Série d’incidents similaires en CB au début 1979.
257:
258: Remarques: insufficient information, motive unclear
259:
260: VE 16 mar 79, A3; VE 19 mar 79, A3
261:
262: EXCLU: PAS DE MOTIF
263:
264:
265: §42 1978
266: §43 Vancouver
267: §44 12 décembre 1978
268:
269: A Molotov cocktail was tossed against the rear wall of the Parole Board office on Commercial.
270:
271: Exclu de Kellett et al :  insufficient information
272:
273: VE 28 feb 79, A1,A2
274:
275:
276: §45 St. Quentin
277: §46 2 février 1978
278:
279: A firebomb attack damaged the federal building housing a Canada Manpower office.
280:
281: Acting on an anonymous telephone tip, reporters found a letter, signed the «Beaubassin Cell», which claimed responsibility for the act and denounced manpower centres as symbols of the exploitation of Acadia. The CBC and the newspaper «L’Évangéline» were warned that if they did not publicize the attack they would be the next targets of the group.
282:
283: Classification Kellett et al:
284: type: nationaliste/séparatiste
285: cible: autre gouvernement
286: tactique: fire bombing
287:
288: GM 3 feb 78, 1; Crozier, 1979: 240
289:
290:
291:
292: §47 1977
293: §48 Ottawa
294: §49 23 janvier 1977
295:
296: A Molotov cocktail was thrown at a window of a building housing several federal government offices in Ottawa.  The window did not break and the firebomb failed to ignite.  Some 2 hours later a 2e Molotov cocktail was thrown.  This one ignited, but was quickly extinguished by a security guard.
297:
298: Remarques: insufficient information, perpetrator, motive unknown
299:
300: OC 24 jan 77, 1
301:
302:
303: §50 1976
304: §51 Montréal
305: §52 21 janvier 1976
306:
307: 2 men were killed after a bomb exploded inside a station wagon on rue Berri opposite the Voyageur Bus Terminus.  A letter found near the scene was addressed to a radio reporter and was intended to explain why the terminal had been targeted. The 3-page note demanded changes in conditions for inmates in QC penitentiaries, the closure of St-Vincent de Paul Penitentiary and threatened an escalation of bomb attacks if these demands were not met.
308:
309: A police source noted that the design of the bomb was similar to that typically used by the underworld.
310:
311: exclu de Kellett et al: non-political motivation
312: --déterminer si dans cette instance la motivation d’influencer le gouvernement est suffisante pour qualifier l’acte de terroriste.
313:
314: MG 23 jan 76, 1
315:
316:
317: §53 1975
318: §54 Victoria
319: §55 6 décembre 1975
320:
321: A bomb warning was telephoned to Victoria police headquarters at 8:13 p.m., just as a Social Credit election rally was getting underway in Victoria high school auditorium. The caller warned that a bomb had been planted underneath the auditorium.  No bomb was found.  The meeting was being addressed by opposition leader Bill Bennett.
322:
323: Remarques: hoax
324:
325: VS  8 dec 75, 10
326:
327:
328:
329: §56 Ottawa
330: §57 18 avril 1975
331:
332: Appel anonyme.  La police et le personnel militaire désactivent une bombe qui avait été déposée au National Defence headquarters (NDHQ).  Le NDHQ avait reçu une menace de bombe la soirée précédente, mais n’avait pas trouvé de colis douteux.
333:
334: On dit que la bombe avait été placée là par le Weather Underground (ÉU)
335:
336: Classification selon Kellett et al:
337: type: Left-Wing
338: cible: militaire
339: tactique: tentative de bombe
340:
341: OC 19 Apr 75, 1; OJ 19 Apr 75, 1; NYT 20 Apr 75, 40

————————————————————————————————————————

 
     
   
 
2002-2014, ERTA