radar

 

Agents de guerre bactériologique

Nature de la menace bioterroriste au Canada

 
     
 
Raphaël Duguay
2006

Pour tout commentaire contactez ERTA
 
     
 

Méthodologie
L'information contenue dans ce rapport provient de bases de données issues de revues, d'articles, de périodiques, de sites Internet gouvernementaux et de sites Internet d'organisations non gouvernementales. Des revues de conférences, des bibliographies et des listes de références ont aussi été consultées L'information recueillie provient principalement de sources ouvertes. Plusieurs responsables appartenant au secteur privé ont accepté de partager de l'information à ce sujet.

Ce document peut être auto censuré afin de ne pas donner des informations sur la formulation, la production d'agents ou les vulnérabilités de nos sociétés pouvant être utilisé à des fins militaires, criminelles ou terroristes. 

Les termes de recherche: armes biologiqies, biodéfense, biodétection, bioterrorisme, biosécurité, terrorisme non conventionnel, terrorisme biologique, biological warfare, biological weapons, armes de destruction massive et santé publique, CBRN, maladies infectieuses,

 
     
 

Introduction : La menace du terrorisme biologique après le 11 septembre 2001

Une manière  de vaincre un ennemi sans devoir le combattre a longtemps été recherchée par les criminels, les stratèges militaires et les terroristes. Après les évènements du 11 septembre 2001, les lettres piégées à l'anthrax (bacille de charbon) ont fait trembler les États-Unis et a relancé le sujet du bioterrorisme. Les armes biologiques et à toxines proviennent d'organismes vivants et sont différents des agents chimiques. Les agents bactériologiques proviennent de sources naturelles et peuvent être fabriqués par l'homme. Ils peuvent être utilisés à des fins militaires, criminelles ou terroristes pour blesser ou tuer. Ces armes sont très attrayantes car elles sont invisibles, indétectables, imprévisibles ; et contrairement à la croyance populaire, l'être humain emploie des armes biologiques depuis des siècles.

La menace d'une attaque de type biologique reste une préoccupation importante des autorités. Depuis la fin de la guerre froide, les Nations Unies continuent de sonner l'alarme au sujet de la prolifération des armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Bien que ces armes soient interdites par la convention de 1972, les États continuent de produire et de fabriquer des armes biologiques. L'hypothèse inquiétante d'un attentat biologique qui ferait plusieurs milliers de morts est peu probable, mais l'impact serait tellement catastrophique qu'on ne peut pas négliger ce risque. L'arme biologique donne à l'État, au groupe ou à l'individu qui la possède un pouvoir de dissuasion aussi important celui qui est associé aux armes nucléaires.

Dans un premier temps, nous ferons l'historique des incidents reliés aux agents bactériologiques. Nous nous pencherons ensuite les bactéries, virus et toxines considérées comme les plus létaux pour l'homme. Nous verrons en seconde partie comment il est possible de s'en procurer et d'en produire ainsi que différentes méthodes de dissémination. De même, nous verrons brièvement les acteurs qui tentent potentiellement de s'en procurer et pour quelles raisons. Par après, nous décrirons les articles de la Convention de 1972 et nous parlerons des virus émergents et de l'« agro-terrorisme ». Enfin, nous terminerons sur l'état de préparation et le portrait du bioterrorisme au Canada.

 
     
 

Contenu

A. Historique des utilisation d'agents de guerre biologiques
B. Description des agents biologiques : avantages et désavantages
C. La dissémination , la production, la faisabilité, l'acquisition des agents biologiques 
D. Acquisition d'agents biologiques
E.
Problématique : Qui utilise les agents biologiques et pourquoi, qui en possède ?
F. La Convention de 1972 sur les armes bactériologiques ou à toxines
G. Technologies de détection d'armes biologiques
H. Le bioterrorisme : un danger, la menace de virus émergents 
I. Le terrorisme agricole : un risque non négligeable
J. Portrait de la menace bactériologique au Canada
K. Défense et préparation du Canada
L.
Fiches descriptives  

 
     
 

Conclusion : une réalité au-delà d'un mythe

Les agents bactériologiques sont inodores, insipides et indétectables. Une attaque peut passer inaperçue jusqu'à ce que les premières victimes se présentent avec les mêmes symptômes. Ces agents sont peux coûteux, facile à fabriquer et à dissimuler et grâce à leur période d'incubation, caractéristiques qui en font des armes redoutables. La fabrication d'armes biologiques peut se faire presque partout, dans des laboratoires de recherche, des fermes ou même chez soi.

Cependant, la transformation d'agents biologiques en armes de destruction massive est difficile et leur dissémination pose un problème encore plus grand. La Convention d'interdiction des armes biologiques est inefficace puisqu'elle n'empêche nullement les États de produire ou de fabriquer des armes biologiques. Conséquemment, le nombre d'États qui possèdent de tels programmes est inquiétant, et la volonté de groupes fanatiques de recourir à des armes biologiques fait craindre le pire. D'ailleurs, certains États soutiennent et protègent des groupes militarisés comme par exemple la Syrie, le Liban, la Libye et la Corée du Nord. De surcroît, on peut acheter sur le marché noir de la marchandise dangereuse volée dans d'autres pays, des industries ou des armées. Les scientifiques s’inquiètent également de la manipulation génétique des agents biologiques. La manipulation génétique peut rendre les agents bactériologiques insensibles aux vaccins et aux antibiotiques. Et pourtant, les agents bactériologiques n'ont jamais été utilisé à grande échelle. Ce paradoxe est comparable à celui qui oppose la facilité de construire une « bombe sale » au fait qu'aucune n'aie jamais été utilisée.

Pour l'instant, les groupes terroristes préfèrent utiliser des armes conventionnelles qui sont plus simples et plus efficaces pour perpétrer leurs attaques. Mais étant donné qu'il est de plus en plus facile de se procurer des agents biologiques et que l'information technique nécessaire pour les produire le bioterrorisme risque de devenir l'arme de choix dans l'avenir.

La communauté internationale doit se pencher sérieusement sur le problème de la prolifération des armes CBRN. Pour répondre à cette nouvelle menace, il faut développer des technologies d'identification et de détection en temps réel et améliorer les réseaux de surveillance sanitaire au niveau international. De même, il faut donner plus d'informations à la population et assurer un suivi médiatique des connaissances scientifiques sur ce sujet afin de démystifier le bioterrorisme.

 
     
 

Références non-électroniques

  1. Auger, J. (2006). Préparation canadienne contre le bioterrorisme et biosécurité. Centre d'Études des Politiques Étrangères et de Sécurité (CEPES).Université du Québec à Montréal (UQUAM).
  2. Blais. A. (2004). Tout savoir sur le terrorisme. Les éditions des intouchables. Québec, Canada.
  3. Barletta, M. (27/11/2002). Biosecurity Measures fot Preventing Bioterrorism. Center for Nonproliferation Studies. Monterey Institute of International Studies.
  4. Clarke, C. et Dr.McFadden, R. (28/04/2005). Real Time CBRN surveillance system. DHS working together: R and D Partership in Homeland security. Mobile detection and McFadden technologies. Ontario, Canada.
  5. Clarke, R A. (2005). TenYears Later. The Atlantic online.
  6. Ho, J. (05/12/2001). Future of biological aerosol detection. Defense Research Establishment Suffield (DRES). Analytica Chimia Acta, 457 (2002) 125-148
  7. Lepick, O et Daguzan, JF. (2003). Le terrorisme non conventionnel. Presse Universitaire de France.
  8. Solliciteur général du Canada. (18 avril 2001). Élaboration d’option pour accroître la capacité nationale de gestion des répercussions en cas d’incident terroriste. Document de travail non classifié.
  9. Solveig, V. (2001). Le bioterrorisme après le 11 septembre 2001. Centre National de recherche Scientifique (CNRS), Biodéfense et Biodétection.
  10. Solveig, V. (2004). Bioterrorisme, une menace qui n'est pas sans réponse. Centre National de recherche Scientifique (CNRS), Biodéfense et Biodétection.
  11. Solveig, V. (2004). Le sénat américain vote un projet de loi contre le terrorisme . Centre National de recherche Scientifique (CNRS), Biodéfense et Biodétection.
  12. A Journalist guide to covering Bioterrorism. 2004. 2nd ed. Carnegie Corporation of New York. Radio and Television News Directors Foundation (RTNDF)
  13. Gecker, J. (01/03/2005). La Presse Canadienne, international. Bioterrorisme, Interpol considère la plus grande menace pour la planète.
  14. Les 120 derniers articles sur le thème de la biodéfense et du bioterrorisme. 2005. INIST-CNRS. :
  15. KY Tran; Daumaul, M; Guilbert, J-M; Baudeau, A. (2004). Bioterrorisme. Une réalité au-delà du mythe. Édition Ellébore. Collection santé- vérité. France.
  16. Lederer, E.(15/11/2003). La Presse Canadienne, international. Al-Qaïda veut passer aux armes de destruction massive.
  17. Pilch F.R and Zilinskas, A.R. (2005). Encyclopedia of Bioterrorism defense, ISBN 0-471-46717-0.
 
     
   
 
2002-2014, ERTA