alraya

Armes à feu et terrorisme

 
     
 

Raphaël Duguay
2007
Texte produit dans le cadre du cours CRI 6224
Pour tout commentaire contactez ERTA

Ce texte a été traduit en arménien.

 
     
 

Mise en contexte

« Les couteaux et les armes à feu furent d’abord les principales armes utilisées par les terroristes avant l’invention de la dynamite » Jean-Luc Marret (2002). Techniques du terrorisme (2nd ed).

L’arme à feu est un outil utilisé depuis longtemps par les terroristes et son utilisation risque de se prolonger dans l’avenir. Elle appartient aux armes conventionnelles comme les matériaux d'explosifs, les détonateurs, le matériel servant à fabriquer des bombes et les armes lourdes. Les armes à feu illicites favorisent le crime organisé, le trafic de stupéfiants et les activités terroristes. Elles sont létales, accessibles, efficaces et procurent un pouvoir de protection et un pouvoir symbolique hors du commun, en plus d’être un moyen d’attaquer et de se défendre contre un adversaire. Les groupes terroristes sont majoritairement armés d’armes à feu et d’explosifs, ceci fait partie de leurs outils. Ils utilisent des armes à feu pour commettre leurs actes et pour résister aux autorités gouvernementales. De même, plusieurs groupes ont des activités de formation et de financement impliquant le trafic d'arme au niveau international. Mais comment s’en procurent-ils? Par quels moyens? Le marché des armes légères illicites est-il la source de l’arsenal des terroristes? Les terroristes font-ils appel à d’autres moyens pour se procurer leurs armes et si oui, lesquels? Depuis le 11 septembre 2001, l’enclenchement de la  « guerre contre le terrorisme » a relancé la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre au niveau International. Cette volonté de s'attaquer à l'approvionnement d'armes des réseaux terroristes fut lancée par le président américain G.W Bush devant l'assemblée des Nations Unis après les attaques. L’objectif de cette étude s’intéresse particulièrement aux stratégies terroristes sur l'entrainement, l'utilisation et l'acquisition d'armes à feu. La première partie de cette recherche s'intéresse à la proliférations des armes légères et l'utilisation des armes à feu par les groupes terroristes. La seconde partie traite des motivations au niveau de l'utilisation de différents type armes. La troisième partie propose une analyse des images et symboles du terroirsme en association avec les armes à feu et propose quelques explications hypothétiques de leurs rôles et utilités. La quatrième section s'intéresse à la disponibilité des informations concernant l'utilisation et la fabrication d'armes sur Internet. La dernière partie recense les différentes sources licites et illicites d'approvisonnement d'armes à feu, potentiellement utilisable par des terroristes.

 
  Méthodologie
L’information contenue dans ce rapport provient de bases de données issues de revues, d’articles, de périodiques, de sites Internet gouvernementaux et de sites Internet d’organisations non gouvernementales. Des revues de conférences, des bibliographies et des listes de références militaires et gouvernementales ont aussi été consultées. L’information recueillie provient principalement de sources ouvertes.

Ce document peut être auto censuré afin de ne pas donner des informations sur la disponibilité et la fabrication d'armes illégales pouvant être utilisé à des fins mal vaillante.

Les termes de recherche: Firearms and terrorism, firearms and explosives threat, illicit gun market, illegal weapons, marché illicite des armes légères, tactiques et armes conventionnelles, small arms and terrorism, weapon and terror
 
     
 

Table des matières

A. La place des armes dans l'activité terroriste internationale
B. prolifération du marché international des armes légères
C.Quelles sont les armes utilisées par les terroriste et pourquoi
D.Y a-t-il un message en arrière de l’image utilisé avec les armes à feu?
E.L’arme à feu comme symbole du terrorisme
F. Les manuels, l’entraînement et la formation des terroristes aux armes à feu
G. Comment les terroristes se procurent des armes
H. Lexique

 
     
 

Résumé

Le 11 septembre 2001, les terroristes ont détourné les quatre avions sans aucune arme à feu mais avec des couteaux et des lames de rasoirs.  Il s’avère difficile d’identifier des tendances et des relations entre le terrorisme et les armes à feu. Toutefois, l’arme à feu restera un outil très en demande par les terroristes, les groupes criminels, les milices, les groupes para militaires, les sectes et les organisations de résistance et de guérilla. C’est avant tout un outil pour se défendre appartenant à la culture et aux symbôles de ces groupes. De plus, le trafic d’armes appartient aux activités secondaires de groupes terroristes internationaux. Elles sont directement utilisées dans les activités de violence à but politique, les conflits locaux et les conflits « exportés » à l’étranger. De même, les activités terroristes reliées aux armes à feu sont souvent associées à d’autres activités criminelles telles que le blanchiment, l’extorsion et le trafic de stupéfiants. Ces activités ne veulent pas faire de gains économiques comme les groupes criminels mais ramasser du financement pour subventionner les attaques futures. Les intermédiaires (criminels, agents non étatiques, états commanditaires, trafiquants) ont un rôle important à jouer dans l’acquisition et le transport d’armes des groupes terroristes. Certaines organisations terroristes développent et fabriquent leurs propres matériaux de guerre et diffusent des manuels de formation au public. Certains guides que l’on retrouve sur Internet expliquent comme utiliser, manipuler et fabriquer des armes à feu artisanales et des explosifs. Au niveau de la prolifération des armes légères, la communauté internationale continue de se mobiliser pour trouver des solutions afin de freiner la violence et réduire l’accessibilité aux armes. Cependant, l’absence de lois strictes crée des failles que les groupes mal intentionnés peuvent facilement exploiter.

Conclusion

La surveillance (IMINT) dans l’utilisation des symboles à l’intérieur de la propagande et de la publicité diffusée par les groupes terroristes est un bon indicateur que les armes conventionnelles ont une place prépondérante dans les techniques et stratégies des groupes terroristes. Le problème des armes à feu n’est pas seulement une question de contrôle législatif mais un problème qui touche tout les êtres humains. De nombreux pays continuent de produire et d’exporter de nouvelles armes. Cependant, il n’existe aucune technologie internationale permettant de retracer celles-ci. Comme dirait Hobbes, « l’homme est un loup pour l’homme », temps et aussi longtemps que les humaines continuerons de se faire la guerre, la course à l’armement et aux nouvelles technologies militaires continuera. Les terroristes ne sont pas les seules à utiliser des armes conventionnelles, de plus en plus de citoyens achètent des armes pour se défendre. Nous sommes proche d’une « société du risque » ou notre voisin représente une menace puisqu'il est armé et potentiellement menacant. Au moyen âge, celui qui utilisait son arc et ses flèches connaissait les risques et devait être capable de l’utiliser habilement pour se défendre. Aujourd’hui, n’importe qui peut utiliser une arme à feu peu importe son sexe ou son âge.

 
     
 

Références

Monographies:

  1. Smith, D (1993). Sources of terrorist weaponry and major methods of obtaining weapons and techniques. Dans Technology and Terrorism. Paul Wilkinson. CASS. p.123-129
  2. Léger, L (2006). Trafics d’armes : enquête sur les marchands de mort. Enquête. Flammarion.
  3. Blais, A (2004). Tout savoir sur le terrorisme. Édition les intouchables.
  4. Bell, S(2004), Terreur Froide, la filière canadienne du terrorisme international, Montréal, Éditions de l’homme, « Les tigres des neiges », 61-129.
  5. Marret, J-L (2002), Techniques du terrorisme, 2e édition revue et augmentée, Paris, PUF, « Le 11 septembre 2001, ses causes et ses conséquences », i-xxv
  6. Martin, G (2003). Understanding terrorism. Challenges, perspectives and issues. Sage publication. London.
  7. Lunde, P (2004). Crime organisé: Un guide complet de l'industrie la plus rentable du monde. Trécarré. Quebecor Media.: 28-37.

Documents de sources gouvernementales et non gouvernementales:

  1. Nations Unies (2001). Bureau des drogues et des crimes. Conventional Terrorist Weapons.
  2. Berger, L et Henigan, D (2001). Guns and terror. Brady Center to Prevent Gun Violence. Washington, D.C.
  3. EUROPA (2005). Les armes à feu dans le collimateur de l'UE. Liberté, Justice et Sécurité.
  4. EUROPA (2005). Communication de la Commission relative à des mesures visant à assurer une plus grande sécurité en matière d'explosifs, de détonateurs, de matériel servant à fabriquer des bombes et d'armes à feu.
  5.  Brachman, J, Ostovar et Boudali,L ( 2006).  The Islamic imagery project. Visual Motifs in Jihadi Internet Propaganda. Combating Terrorism Center.  United States Military Academy. Department of Social Sciences.
  6. U.S. Army. (2005). A military guide to terrorism in the twenty century. DCSINT Handbook No. 1 (Version 3.0) . En ligne sur http://www.terrorism.com/
  7. Violence Policy Center. Guns and Terrorism. Gun control and terrorism: FBI could better manage firearm related background checks involving terrorist watch list records (GAO Report)Violence Policy Center. Guns and Terrorism. Credit Card Armies: Firearms and Training for Terror in the United States (November 2002)
  8. Alan M. Gottlieb and Joseph P. Tartaro (2001). Terrorism and Guns. The Gottlieb-Tartaro Report.
  9. Holmes, J. (2001). Le traçage des armes légères illicites : un programme de l'ATF. Bureau de l'alcool, du tabac et des armes à feu. Ministère des finances des Etats-Unis.
  10. Oscapella, E. (1998).  La relation entre les drogues illicites et les armes à feu. Un examen de la documentation. Ministère de la Justice. Canada. En ligne :
  11. Service Canadien Renseignement Criminel, 2003 : Rapport annuel sur le crime organisé au Canada, section trafic d’armes illégales. Canada.
  12. Service Canadien Renseignement Criminel, 2005 : Rapport annuel sur le crime organisé au Canada, section trafic d’armes illégales. Canada.
  13. Small Arms Survey (2004).  Small Arms, Terrorism and the OAS Firearms Convention.
    Development Denied. Oxford University Press, Oxford : 171
  14. Dandurand,Y. Chin, V. (2004). Links betwen Terrorism and other forms of crimes. International Centre for Criminal Law Reform and Criminal Justice Policy.

Recherches et revues scientifiques :

  1. Martin, J and Romano, A (1992). Multinational crime: Terrorism, Espionnage, Drug and Arms traffiking. Studies in crimes, Law and Justcice. Vol 9, p.67-77. Sage Publications.
  2. Asselin, G, Cukier, W, de Périer, E, Krug, E, Lescrenier, A et Marshall-Andrews, G (2001). Armes à feu: Quel impact sur la sécurité et la santé publique? Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP).
  3. Cukier, Wendy, « More Guns. More Deaths » Medicine, Conflict and Survival, vol. 18, num. 4, pp. 367-379.
  4. Huyghe, F-B (2001). Réflexions stratégiques, Pour une théorie du terrorisme. Réflexions stratégies.
  5. Huyghe, F-B (2005). Terreur, arme, image. Comprendre les conflits, une nouvelle polémologie, terrorisme.
  6. Lott, J R (2003). Scare Tactics on Guns and Terror.
  7. Valverde, B (2004). Le trafic illicite d'armes légères . Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
  8. Campbell, J (1999).  La secte japonaise Aum Shinrikyo. Gérard Chaliand, Les stratégies du terrorisme, Paris, 163-193.
  9. Cook, Philip J., Jens Ludwig, Sudhir A. Venkatesh, and Anthony A. Braga. "Underground Gun Markets." NBER Working Paper 11737 (November 2005).
  10. Marc Laurendeau (1990), Les Québécois violents, la violence politique 1962-1972, Montréal, Boréal, « Examen et évaluation des faits », 94-114.
  11. Naylor, R T (1996). The Rise of the Modern Arms Black Market and the Fall of Supply-Side Control. TCP series volume 1.

Articles de Journaux:

  1. Fox news (mars 2004). Terrorist may use pen guns, FBI warns.
 
     
   
 
2002-2014, ERTA